Enquête : les ados se réveillent la nuit pour se connecter ! | Internet Sans Crainte

jeudi 3 avril 2014
par  didier
popularité : 7%
1 vote

Selon un étude du journal Le Monde, 14% des collégiens se réveilleraient la nuit pour jouer sur Internet, 25% se connecteraient à des réseaux sociaux et 32% enverraient des SMS.

Ces chiffres sont le résulat d’une enquête menée auprès de 133 élèves de 5e et 4e de deux collèges de Saint-Denis et du nord de Paris.

Ils se connectent en réaction à une sollicitation mais ils sont aussi 17% à programmer une alarme pour se réveiller. Ils seraient même 13% à consacrer plus d’une heure à leurs activités numériques nocturnes.

" Ces données sont très inquiétantes et montrent le changement de comportement des jeunes avec les écrans, ce qui amène un grand nombre d’enfants à dormir moins de 6 heures par nuit", admet la présidente de Morphée, Sylvie Royant-Parola, au Monde. Ce réseau santé consacré à la prise en charge des troubles chroniques du sommeil est de plus en plus sollicité par les établissements scolaires qui s’inquiètent du manque de repos des jeunes. Alors qu’un adolescent a besoin de 9 heures de sommeil, 1 ado de 11-15 ans sur 4 dormirait moins de 7 heures les veilles de jours d’école selon une Enquête Inpes menée en 2011.

Ce phénomène du "sleep texting" (textos au lit) avait déjà fait l’objet d’inquiétude en 2013 quand une étude française menée par l’Association Santé Environnement France (ASEF), révélait que 3/4 des ados dormaient avec leur portable allumé sous l’oreiller ou à proximité du lit.



Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 12 prochains mois

Brèves

19 juin 2011 - sauvegarder tous vos e-mails.

Disponible gratuitement pour une utilisation personnelle, MailStore Home est un utilitaire (...)

19 juin 2011 - sauvegarder automatiquement ses documents

Il n’y a rien de pire que de perdre ses documents suite à un problème avec son ordinateur. Qu’ils (...)